En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Suivez l'actualité de la création d'entreprise en recevant gratuitement, chaque semaine la lettre de l'Agence France Entrepreneur
Je suis déjà abonné(e)
Oui je m'abonne
> Créer mon espace
Créer un compte sur le site de l'AFE vous permettra, gratuitement, d'accéder à de nombreux services, dont l'abonnement à la lettre d'information de l'AFE, l'enregistrement de la feuille de route de votre projet, la création de votre business plan en ligne,... et bien plus encore
Saisissez votre email puis cliquez sur le bouton "Ok".
Vous allez recevoir un email afin de réinitialiser votre mot de passe.
Ok
Nous n'avons pas trouvé de compte AFE correspondant.

- Vous pouvez créer un compte à partir de vos informations de connection en cliquant sur ce lien
ou
Indiquer votre identifiant AFE (adresse mail), un lien de validation vous sera envoyé par mail a cette adresse :
Ok
Les avantages d'un compte AFE

Créer un compte sur le site de l'AFE vous permettra, gratuitement, d'accéder à de nombreux services, dont l'abonnement à la lettre d'information de l'AFE, l'enregistrement de la feuille de route de votre projet, la création de votre business plan en ligne,... et bien plus encore.

L'AFE s'engage à sécuriser vos informations et à les garder strictement confidentiels.


J'ai déjà un compte
*Adresse mail

*Mot de passe
Je créé mon compte
*Votre email

*Saisissez les chiffres ci-contre
Image de controleAfficher d'autres chiffres



OU

Optez pour une inscription simplifiée et gagnez du temps en utilisant un des services tiers.


Consulter un projet en tant qu'invité
*Identifiant
*Mot de passe

Publicité

Témoignages

Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer

Filapi réinvente l'univers des enfants

Photo d'Alexia de Bernardy Alexia de Bernardy
http://www.filapi.com

CV : Le concept Filapi est sorti tout droit de l'imagination d'Alexia de Bernardy, sa fondatrice. Innovant sur son marché, Filapi se positionne comme une véritable maison des enfants dans laquelle leur sont proposés de multiples activités et loisirs. Ouverts aux enfants âgés de 3 à 12 ans, deux centres sont aujourd'hui implantés dans les Hauts de Seine et font la joie des petits comme des plus grands. Aventurière dans l'âme, Alexia nous fait partager la naissance de Filapi, d'une feuille de papier vierge à l'ouverture du second centre … Feel happy avec Filapi.

Interview :

Comment vous est venue l'envie d'entreprendre ?

Après 10 années d'une carrière professionnelle bien remplie, j'ai commencé à ressentir une certaine lassitude… et j'ai compris que mon avenir devait prendre une autre direction. Il me manquait une dimension "plaisir dans mon travail". En 2002, j'ai rejoint un groupe de gestion de carrière mené par l'Avarap dont l'objectif était de répondre à la question "où est-ce que je m'épanouirais à titre personnel ?". Pendant un an et demi, grâce au soutien des animateurs et des participants, j'ai mûri ma réflexion… à mon rythme !

Comment en êtes-vous venue au monde de l'enfance ?

C'est vraiment le fruit d'un travail personnel. Au départ, je pensais "projets informatiques", là où me portaient mes compétences, et le groupe m'a rétorqué : "on ne t'y voit pas du tout" ! Finalement, j'ai compris qu'il fallait que j'entreprenne quelque chose dans l'enfance. Mère de deux enfants, je m'y retrouvais entièrement et connaissais les galères pour faire garder ses enfants après l'école ou pendant les vacances scolaires.
A partir de 2003, tout s'est enchaîné. J'ai quitté mon poste pour me consacrer à 100% à l'aventure Filapi dont je dessinais les contours jour après jour.

Vous parlez d'un projet long à mettre en place. Concrètement, de la naissance de l'idée à l'ouverture du premier centre, combien de temps s'est-il écoulé ?

Oh, beaucoup de temps ! Je suis partie d'une feuille blanche ! J'ai beau être aventurière et aimer les challenges… j'y suis allée petit à petit. J'ai commencé par réaliser une très longue étude de marché afin de valider l'idée. J'ai donc mené plus d'une centaine d'entretiens avec des familles, des médecins… pour analyser la demande et être sûre que je tenais le bon concept. Il a fallu défricher le terrain pour trouver à terme des investisseurs qui me fassent confiance et croient au modèle économique. Le premier centre a ouvert ses portes à Courbevoie en 2005, ce qui a véritablement marqué le début de la société.
Entre l'élaboration du business plan, la recherche des locaux, la recherche de financements, la réalisation des travaux, il s'est écoulé 2 ans ! Ensuite, nous sommes repartis pour une nouvelle levée de fonds afin d'ouvrir le second centre situé à Boulogne.

Photo Filapi 2Un tel projet nécessite de trouver des locaux de grande dimension avec des infrastructures adaptées aux enfants, comment avez-vous procédé ?

Un véritable parcours du combattant ! Nous avons cherché dans tous les sens, missionné plus d'un millier de petites agences immobilières sur Paris et la proche couronne, contacté les services développement économique des mairies…
La difficulté majeure a été de convaincre les bailleurs d'accueillir des enfants, bien qu'ils fussent tous persuadés de la nécessité d'étoffer les modes de garde de leur ville.
Pour l'ouverture du premier centre, nous avions une difficulté supplémentaire car nous étions des entrepreneurs sans bilan, sans activité préalable… nous faisions peur aux bailleurs !
En ce qui concerne la réalisation des travaux, nous nous sommes entourés de professionnels du bâtiment spécialisés dans l'enfance. Au moins, nous n'avons pas eu de mauvaises surprises et les travaux n'ont duré que deux mois.
Pour toutes ces raisons, les projets liés à l'enfance sont lourds, longs, coûteux… et donc difficiles à mettre en œuvre. Ce sont des projets qui font parfois rêver mais la réalité est beaucoup moins glamour !

On imagine qu'un projet comme Filapi requiert d'importants besoins financiers, qu'en est-il ?

Comme je vous le disais, les projets liés à l'enfance sont coûteux ! La société a réuni près d'un million d'euros pour financer son démarrage ainsi que l'ouverture des deux centres. On a procédé étape par étape. Fin 2004, lors de notre première levée de fonds, nous avons réuni 420 000 euros répartis entre les banques à 30% et les actionnaires à hauteur de 70%.

Comment les banquiers ont-ils apprécié un projet aussi atypique et innovant que le vôtre ?

Un autre parcours du combattant ! Nous avons essuyé de nombreux refus et avons dû revoir notre copie à plusieurs reprises. Et puis, nous avons joué de malchance en ne comprenant pas toujours le circuit. C'était certes un projet séduisant sur le papier, mais nous n'avions pas de concurrents, pas de modèle économique… Difficile de financer un pionnier ! Finalement, la Banque Populaire ainsi que le Crédit Coopératif nous ont accordés leur financement. Ces banques ont véritablement compris le projet et nous soutiennent au quotidien.

Votre entreprise a été financée en partie par des business angels, comment les avez-vous approchés ?

Contrairement à l'univers des banques, je connaissais déjà les réseaux de business angels pour avoir moi-même participé aux débuts de Femmes business angels. Grâce à cette expérience, je savais ce que les investisseurs attendaient d'un projet, les éléments à mettre en avant, la manière de présenter un business plan…. C'est finalement le réseau Investessor qui m'a suivie dans l'aventure. Puis, lors de la deuxième levée de fonds, le réseau Femmes business angels nous a rejoint.

Combien d'actionnaires sont aujourd'hui présents dans la société ?

14 ! Mais tous ne siègent pas au comité d'administration. La société compte une dizaine de business angels qui ont investi entre 10 000 et 100 000€.

A quoi ressemble Filapi aujourd'hui ?

Nous sommes deux aux commandes de l'entreprise qui comprend une dizaine de salariés en CDI ainsi qu'une trentaine d'animateurs ou d'artistes qui interviennent ponctuellement à l'occasion de goûters, d'anniversaires, de spectacles...
En parallèle, j'ai créé un comité stratégique qui m'aide à accélérer le développement de Filapi… et à sortir le nez du guidon. De nombreux actionnaires nous ont accordé leur confiance et il s'agit de ne pas les décevoir !

Photo Filapi 3Mère de famille et chef d'entreprise : comment s'organise-t-on au quotidien pour tout mener de front ?

En fait, je jongle… comme avant ! Ma vie sur ce plan n'a pas foncièrement changé. J'emploie une nounou à plein temps et j'ai conservé les mêmes horaires qu'auparavant. En revanche, je me sens plus libre en cas d'imprévus ! J'essaye vraiment de bien séparer ma vie de famille de ma vie professionnelle, pas de boulot à la maison…enfin presque !

Et votre mari, de quel œil a-t-il vu ce projet ?

Sincèrement, il m'a toujours poussée et a toujours cru dans mes capacités à entreprendre. On a beaucoup discuté ensemble, notamment en ce qui concerne les aspects financiers ! Même si on savait que ce choix était financièrement possible, cela n'a pas empêché certains sacrifices. En tant qu'entrepreneur, on a vraiment besoin d'être encouragé. Il ne faut pas se leurrer, on vit bien sûr des moments incroyables mais il y a aussi les jours où tout va mal ! Alors l'écoute attentive de mon mari m'a permis de continuer à positiver et à me sentir moins isolée.

En matière sociale, y a-t-il des différences entre une mère de famille salariée et une mère de famille chef d'entreprise ?

Je vais commencer à me rémunérer cette année et vais donc rentrer dans un "moule".
Jusqu'à présent  je n'avais pas de statut social et j'ai été radiée des aides de la CAF car j'étais considérée comme une femme au foyer... ce qui est un peu dur à admettre avec tout le travail abattu et les emplois créés !

Comment envisagez-vous l'avenir pour Filapi ?

Nous sommes perpétuellement en phase de développement. Nos actionnaires nous ont aussi choisis pour cela. L'objectif est de consolider la société pour préparer notre déploiement. Actuellement, nous organisons notre troisième levée de fonds.

Quels conseils donneriez vous aux futurs créateurs d'entreprise ?

1. S'entourer de professionnels (actionnaires, parrains, comités divers,..), confronter sa vision aux autres avec des personnes de confiance qui ont une vraie compétence à nous apporter… gratuitement !

2. Ne jamais prendre pour acquis une idée. Challenger, affiner, bien étudier l'idée avant de se lancer, se remettre en cause, écouter sans penser avoir l'idée du siècle.

3. Ne pas s'éparpiller. Se concentrer sur un aspect de son offre, les compléments viendront plus tard. L'entrepreneur porte déjà suffisamment de casquettes à la fois... autant ne pas compliquer cela avec plusieurs projets dans le projet !

Propos recueillis en février 2008 par Alexandra Barth et Anne-Sophie Poupin


Photo Filapi 1

En savoir plus sur le secteur de la petite enfance

13/03/2008


Moi, je dis chapeau !
Et oui : bravo, tout simplement. Car concilier vie de maman et vie professionnelle il faut en avoir du cran !
Je suis moi-même maman célibataire de deux petits bouts de choux, je travaille à mi-temps, et j'ai un projet professionnel en cours (plan d'affaire quasi terminé, local trouvé, reste le financement et cela est un véritable parcours du combattant...)
En tout cas, vous démontrez bel et bien que les femmes aussi peuvent avoir de réelles responsabilités et c'est beaucoup. Vu les incivilités dont sont victimes certaines femmes (les maghrébines par exemple doivent batailler pour devenir commerçantes, c'est plus l'homme qui tient les rennes...) Et je ne parle pas des incivilités faites au volant, lorsque l'on se fait doubler par des "queues de poissons" intempestives couronnées d'insultes quelquefois.....
En tout cas, vive les femmes qui investissent et encore bravo !
Posté par la fèche, 17/03/2008 10:20

Création d'entreprise, reprise d'entreprise | AFE, Agence France Entrepreneur

Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent