En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Suivez l’actualité de la création d’entreprise en recevant gratuitement, deux fois par mois la lettre de l'Agence France Entrepreneur
Vous êtes déjà inscrit sur le site de l'AFE,
Pour vous abonner à notre lettre d'information
saisissez votre mot de passe et cliquez sur valider
Valider
Non merci je suis déjà abonné(e) Oui je m'abonne

Mon compteDe quoi s'agit-il?

Publicité

Cessation temporaire ou mise en sommeil

Cessation temporaire ou mise en sommeil  
Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer

La mise en sommeil correspond à la cessation temporaire de l'activité d'une entreprise qui ne procède pas à sa radiation.
Couramment, on utilise le terme de "mise en sommeil" pour les sociétés et de "cessation temporaire d'activité" pour les entreprises individuelles.

Sa durée est limitée à :
- 2 ans pour une société,
- et 1 an pour les entreprises individuelles (renouvelable une fois pour les entreprises individuelles exerçant une activité commerciale).

Au-delà, l'entreprise risque une radiation d'office.

Précision : l'entreprise ne doit pas avoir d'établissement secondaire lorsqu'elle déclare une cessation temporaire d'activité. Dans le cas contraire, il faudra procéder à la fermeture de celui-ci.


  Formalités

La déclaration de cessation temporaire d'activité ou la mise en sommeil d'une entreprise est effectuée par son représentant légal auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) compétent (gérant, président, entrepreneur individuel).
Elle donne lieu à une inscription modificative au Registre du commerce et des sociétés ou au Répertoire des métiers dans le mois suivant la cessation totale ou partielle de son activité.
L'insertion automatique au Bodacc (Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales) rend la mise en sommeil opposable aux tiers.

Cette formalité engendre un coût de :

- pour une société : environ 200 € (pour les formalités aux 2 registres),
- pour une entreprise individuelle : environ 60 € pour la formalité au Répertoire des métiers et environ 100 € pour le Registre du commerce et des sociétés.

L'insertion dans un journal d'annonces légales d'un avis de mise en sommeil est facultative.

Vous pouvez réaliser toutes vos démarches en ligne pour publier vos annonces légales avec notre partenaire JAL.

Pour les sociétés, la tenue d'une assemblée générale des associés pour décider de la mise en sommeil est facultative, sauf disposition contraire des statuts. Cette décision est préférable pour ajuster notamment la rémunération du dirigeant pour tenir compte de la cessation d'activité de la société.
Dans ce cas, la déclaration de cessation temporaire d'activité doit être faite dans un délai d'un mois après la tenue de l'assemblée générale des associés ayant décidé la mise en sommeil.

Pendant cette période, les réunions d'assemblées générales doivent se tenir et les comptes sociaux doivent être déposés.

  Conséquences de la mise en sommeil

  Au niveau social

Couverture sociale

Le dirigeant reste en principe affilié au régime social dont il dépendait avant la mise en sommeil.

Il continue à verser des cotisations sociales pendant cette période s'il relève du régime des travailleurs non-salariés. Ses charges sociales sont alors calculées sur une base minimale.
En revanche, le dirigeant relevant du régime général de la sécurité sociale n'est pas redevable de cotisations sociales en l'absence de rémunération.

Accre

La cessation temporaire d'activité n'a aucune incidence sur l'exonération de cotisations sociales accordée au titre de l'Accre.

Assurance chômage

- Si le dirigeant bénéficiait du maintien partiel de ses allocations chômage après son début d'activité, il pourra retrouver l'intégralité du montant de ses allocations pendant la période de mise en sommeil dans la limite de la durée de ses droits (circulaire Unédic du 30 septembre 2014 / page 108).

- Si le dirigeant a cessé de percevoir ses allocations chômage, il pourra retrouver le reliquat de ses droits s'il se réinscrit sur la liste des demandeurs d'emploi au cours de la période fixée à la durée de la période d'indemnisation à laquelle il avait droit, augmentée de 3 ans de date à date (délai de reprise).

Le bénéfice de ces deux dispositions est soumis à la présentation d'un extrait K ou K Bis établissant la cessation temporaire d'activité.

petite_puce.gif  Au niveau comptable

La loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques du 6 août 2015  allège les formalités comptables pour les microentreprises qui sont mises en sommeil : si elles n'emploient aucun salarié, elles sont dispensées d'établir un bilan et de compte de résultat si ce sont des entreprises individuelles, et n'ont qu'un bilan et un compte de résultat abrégés à faire, si ce sont des personnes morales.

Pour rappel, les microentreprises au sens comptable du terme, se composent des commerçants, personnes physiques ou morales, ne dépassant pas, au titre du dernier exercice clos et sur une base annuelle, 2 des 3 seuils suivants : 350 000 € de total de bilan, 700 000 € de chiffre d'affaires net et pas plus de 10 salariés employés.
Un décret fixera le contenu de ces bilan et compte de résultat abrégés.

  Au niveau fiscal

Imposition sur les bénéfices : au cours de la période d'imposition, si l'entreprise ne réalise aucun bénéfice, la société ou l'entrepreneur individuel doit cependant effectuer une déclaration d'impôt sur les bénéfices avec la mention "néant".

  TVA : dispense de déclaration et de paiement

 Cotisation foncière des entreprises (CFE) : la période de suspension d'activité est assimilée à une cessation d'activité au bout de 12 mois consécutifs. L'entreprise, pendant ces 12 mois, reste donc redevable de la CFE.

  Fin de la mise en sommeil

Deux situations sont possibles :

  La réactivation ou la dissolution volontaire de l'entreprise

Le chef d'entreprise doit effectuer une nouvelle inscription modificative auprès du CFE compétent.

Soit pour faire état de sa reprise d'activité et réactiver son entreprise.
Cette formalité engendre un coût de :
- environ 140 € pour une société,
- environ 70 € pour une entreprise individuelle.

Soit pour faire état de la dissolution ou de la cession de son entreprise afin de la radier.
Cette formalité engendre un coût de :
- environ 200 € pour une société,
- néant pour une entreprise individuelle.

  La radiation d'office

Au-delà de la durée maximale de cessation temporaire d'activité, le greffier peut saisir le juge de surveillance des registres afin qu'il examine l'opportunité d'une radiation de la société ou de l'entreprise individuelle, après en avoir préalablement informé son représentant légal par lettre recommandée AR.

Si la radiation est prononcée, ce dernier dispose d'un délai de 6 mois pour saisir le juge commis à la surveillance des registres afin de contester cette décision.

La radiation ne fait pas perdre à  la société sa personnalité morale.
 
etoile.gif A noter que la radiation au registre du commerce et des sociétés entraîne pour la société la perte du droit au renouvellement de son bail commercial.


Juillet 2016


Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent  
© Agence France Entrepreneur (AFE)