En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Suivez l’actualité de la création d’entreprise en recevant gratuitement, deux fois par mois la lettre de l'Agence France Entrepreneur
Vous êtes déjà inscrit sur le site de l'AFE,
Pour vous abonner à notre lettre d'information
saisissez votre mot de passe et cliquez sur valider
Valider
Non merci je suis déjà abonné(e) Oui je m'abonne

Mon compteDe quoi s'agit-il?

Publicité

Calculer son prix de revient

Calculer son prix de revient  
Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer



  Qu'est-ce qu'un prix de revient ?

Le prix de revient d'un produit ou d'un service correspond à la somme de tous les coûts supportés pour sa production.
Le résultat (bénéfice, ou perte) est la différence entre le prix de vente et le prix de revient.

Pour bien connaître ses prix de revient, il faut donc décomposer les différents coûts associés au produit ou à la prestation, de façon à pouvoir déterminer la façon d'agir sur chacun d'eux pour les réduire.

  Ne pas prêter suffisamment attention à l'ensemble des coûts comporte de nombreux risques :
-  le risque de ne pas chercher à les réduire,
-  le risque de ne pas prendre conscience d'une détérioration de la situation financière de l'entreprise,
-  le risque de fixer un prix trop bas qui ferait vendre à perte...


  Schéma des charges qui constituent le prix de revient

Schéma des charges qui constituent le prix de revient

 

Coût d'achat


 

=
Coût total d'achat


 

=
Coût total de la production


 

=
Coût
commercial


 

=
Prix de revient


 

=
Prix de vente


 

+
Coût d'appro-
visionnement


 

+
Coût de la
production


 

+
Coût de
la distribution


 

+
Coût
administratif


 

+
Marge


  Cas particulier de l'activité libérale (exemple du consultant)

Dans ce type d'activité, le travail intellectuel occupe une place quasi-exclusive pour la réalisation de la prestation.
  Les charges variables (consommations intrinsèquement liées à la réalisation d'une mission) sont souvent négligeables (sauf dans les rares cas où l'intervention d'un sous-traitant s'avère nécessaire).
  Les frais de déplacement, de confection de rapports et autres débours sont, en principe, facturés au client de manière séparée.

  Principes de calcul du prix de revient

1) Pour l'ensemble des charges, le calcul doit se faire à partir du montant annuel de celles-ci (montant prévisible ou constaté, selon le cas / HT ou TTC selon le régime fiscal de TVA appliqué).

2) Le revenu vital minimal à prendre en considération est à estimer en tenant compte de toutes ses contraintes financières personnelles.

3) Le montant du "budget de fonctionnement  par jour ouvré" se calcule sur la base de 220 jours (nombre de jours ouvrés retenu en moyenne dans une année).
Cette donnée présente l'intérêt d'indiquer le montant de charges que le consultant doit "affronter" chaque matin en pénétrant dans son cabinet.

4) Le prix de revient d'une journée ainsi calculé devra être ensuite corrigé pour obtenir un prix de vente :

 d'une part, en tenant compte du temps qui ne peut pas être facturé : temps passé à la prospection, à sa propre formation, aux relations publiques, aux propositions, etc.
Il n'est pas rare que seul 60 % à 70 % de son temps puisse faire réellement l'objet de missions facturées... Dans un tel cas, l'ensemble des charges fixes est à "éponger" sur 140 jours de travail facturables sur les 220 jours ouvrés ;
 d'autre part, en y ajoutant une "marge commerciale" pour déterminer son prix de vente à la journée.

Ainsi, sur cette base tarifaire, le  bénéfice qui pourrait être dégagé permettrait, en bout de course :

 d'obtenir une rémunération personnelle supérieure à celle retenue (par prudence) dans le calcul du prix de revient,
 et, en venant s'ajouter à la "dotation aux amortissements" (capacité d'autofinancement) de :
- supporter le remboursement en capital d'emprunts bancaires professionnels (s'il y en a)
- améliorer le fonds de roulement,
- disposer de l'autofinancement  nécessaire  pour investissement, si besoin,
- de payer l'impôt sur le revenu sans diminuer son revenu minimal vital.

  Schéma de calcul du prix de revient d'un consultant

Charges annuelles à prendre en compte :
  Loyer et charges
  Abonnements et consommations :
   énergie, eau, TIC
  Fournitures de bureaux / Documentation
  Frais postaux 
  Dépenses courantes de publicité
  Frais de véhicule professionnel
  Entretien, Nettoyage, Réparations
  Frais de déplacement
    Frais de représentation 
  Assurances
  Tenue de la comptabilité  
  Honoraires 
  Sous-traitance / Personnel extérieur 
  Frais, commissions et agios  bancaires 
  Autres dépenses diverses 

 

 

  Dotation annuelle  aux amortissements 

 

  Impositions diverses
  (autres que l'impôt sur le revenu)

 

  Revenu minimal annuel nécessaire

 

  Charges sociales du consultant

 

Total du budget de fonctionnement

= …………….. (A)

Budget de fonctionnement par jour ouvré :
(A) / 220 jours

= …………….. (B)

Prix de revient d'une journée de mission HT :  
(A) / Nombre de jours de mission potentiels

= …………….. (C)

Prix de vente d'une journée de mission HT :
(C) +  Marge bénéficiaire (% de C)

= ……………..

 Remarque importante :

L'obtention d'un prix de vente de journée (en appliquant au prix de revient déterminé un certain pourcentage de majoration) ne doit pas faire perdre de vue qu'un prix de vente définitif doit toujours tenir compte également du prix de la concurrence (prix moyen pratiqué sur le marché) et du prix psychologique que peut avoir en tête, plus ou moins inconsciemment, le prospect.


Mars 2012


Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent  
© Agence France Entrepreneur (AFE)