En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Suivez l'actualité de la création d'entreprise en recevant gratuitement, chaque semaine la lettre de l'Agence France Entrepreneur
Je suis déjà abonné(e)
Oui je m'abonne
Connexion Fermer
Saisissez votre email puis cliquez sur le bouton OK. Votre mot de passe vous sera envoyé d'ici quelques minutes.

Publicité

Se développer à l'étranger

Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer

Plusieurs possibilités s'offrent aux entreprises qui souhaitent commercialiser leurs produits à l'étranger :


Créer un poste d'observation sous forme de bureau de liaison ou bureau de représentation. C'est une structure très légère qui permet :
- de prendre sur place des contacts avec divers interlocuteurs : clients potentiels, administrations, fournisseurs...
- de remonter à l'entreprise des informations locales,
- d'assurer sa communication.
Par contre, un bureau de liaison ne peut exercer une activité commerciale en tant que telle.


Recourir aux services d'un agent commercial implanté dans le pays et qui sera donc bien placé pour introduire les produits de l'entreprise. Cette solution occasionne peu de frais de gestion et peut constituer une première étape au développement communautaire de l'entreprise.


Ouvrir une succursale, c'est à dire un établissement secondaire dans le pays convoité pour faciliter l'extension géographique de ses activités et ses relations avec la clientèle locale.


Créer une filiale, c'est à dire une structure permanente dotée de sa propre personnalité juridique. La filiale possède la nationalité du pays d'implantation ce qui peut faciliter la pénétration du marché. Elle adopte une des structures juridiques en vigueur dans le pays concerné.


Collaborer avec un partenaire local (entreprise privée, personne publique...) sous forme :
- d'une joint venture, qui peut être soit uniquement contractuelle, soit à la fois contractuelle et sociétaire (contrat de collaboration + filiale commune),
- d'un Groupement européen d'intérêt économique (GEIE) si le ou les partenaires de l'entreprise sont membres de l'Union européenne. Cette structure permet à plusieurs entreprises de nationalités différentes de faciliter ou développer leur activité économique en développant des actions communes tout en conservant leur autonomie juridique et économique.


Précisons enfin que le statut de Société européenne est entré en vigueur le 8 octobre 2004. Son application nécessite cependant une adaptation de la législation de chaque Etat membre de l'Union européenne. A ce jour seuls 6 pays ont procédé à cette adaptation : l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, l'Islande et la Suède.




Création d'entreprise, reprise d'entreprise | AFE, Agence France Entrepreneur

Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent