En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Connexion Fermer
Saisissez votre email puis cliquez sur le bouton OK. Votre mot de passe vous sera envoyé d'ici quelques minutes.

Publicité

Taxe sur les salaires

Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer


  Entreprises concernées

La taxe sur les salaires est en principe due par toutes les personnes physiques ou morales employeurs dès lors qu'elles ne sont pas assujetties à la TVA ou qu'elles ne sont pas assujetties sur 90 % au moins de leur chiffre d'affaires.

Sont notamment exonérés de cette taxe :
- certains professionnels agricoles,
- les collectivités publiques,
- les établissements d'enseignement supérieur,
- les centres techniques industriels,
- les employeurs dont le chiffre d'affaires de l'année précédente n'excède pas les limites de la franchise en base de TVA ( micro-entrepreneurs).


  Assiette de la taxe sur les salaires

La base de calcul de la taxe sur les salaires est constituée du montant brut des rémunérations payées, y compris des avantages en nature.
Sont désormais inclu dans l'assiette de calcul :
- les sommes allouées par les employeurs au titre de l'intéressement, de la participation, et de l'abondement à un PEE,
- les contributions des employeurs au financement de certaines prestations complémentaires de retraite.

Toutefois, certaines rémunérations ne sont pas à intégrer dans la base de calcul de cette taxe, il s'agit principalement :
- des salaires versés aux enseignants des centres de CFA (centres de formations pour apprentis),
- des salaires versés par les organismes sans but lucratif aux salariés recrutés à l'occasion des manifestations de bienfaisance et de soutien exonérées de TVA.


  Taux de la taxe sur les salaires

Il existe un taux normal et des taux majorés.

Pour les salaires versés en 2017 :

Taux normal : 4,25 % sur la totalité des salaires versés.

 Majoré de :
- 4,25 % (soit un taux global de 8,5 %) sur la fraction des rémunérations individuelles annuelles comprises entre 7 721 euros et 15 417 euros,
- 9,35 % (soit un taux global de 13,60 %) sur la fraction de ces rémunérations excédant 15 417 euros à 152 279 euros.
- 15,75 % (soit un taux global de 20 %) sur la fraction de rémunération individuelle annuelle supérieure à 152 279 euros.


   Déclaration et paiement

La périodicité des déclarations et des paiements varie selon le montant de la taxe annuelle versée l'année précédente :

s'il est inférieur à 4 000 euros : l'employeur ne dépose qu'une seule déclaration (formulaire n° 2502) au plus tard le 15 janvier pour les salaires versés au titre de l'année précédente, accompagnée du paiement de la taxe.

s'il est compris entre 4 000 et 10 000 euros : l'employeur adresse, dans les 15 premiers jours du trimestre suivant celui du paiement des rémunérations, un relevé de versement provisionnel (formulaire n° 2501) accompagné du paiement de la taxe. Par exception, la taxe due au titre du dernier trimestre est versée avec le complément exigé lors de la régularisation suite au dépôt de la déclaration annuelle (n° 2502).

s'il est supérieur à 10 000 euros : l'employeur dépose, dans les 15 premiers jours du mois suivant le versement des salaires, le relevé de versement provisionnel accompagné du paiement de la taxe. La taxe due au titre du mois de décembre est payée avec le complément de régularisation lors de la déclaration annuelle n° 2502.

Les déclarations et paiements de la taxe sur les salaires sont obligatoirement effectués par voie électronique.

Les employeurs qui ne sont pas redevables de la taxe sur les salaires (franchise ou abattement) sont dispensés du dépôt de la déclaration annuelle.


 Allègements

triangle.gif Les associations loi 1901 bénéficient d'un abattement sur la taxe due de 20 283 euros.

triangle.gif La taxe n'est pas due si son montant annuel n'excède pas 1 200 euros.

triangle.gif Si son montant est inférieur à 2 040 euros, la structure peut bénéficier d'une décote égale aux 3/4 de la différence entre 2 040 euros et le montant de la taxe sur les salaires normalement dû.


 Textes de référence

 Article 231 du CGI
petit_carre.gif Article 1679 du CGI


Janvier 2017


Création d'entreprise, reprise d'entreprise | AFE, Agence France Entrepreneur

Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent