En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Connexion Fermer
Saisissez votre email puis cliquez sur le bouton OK. Votre mot de passe vous sera envoyé d'ici quelques minutes.

Publicité

Gérer

Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer

Gérer une entreprise nécessite de respecter quelques principes de gestion et de  mettre en place des indicateurs qui, comme des feux de signalisation, peuvent indiquer un passage "dangereux" ou une zone de turbulence ou à l'inverse une période riche de promesses et d'avenir.

 
 Quelques principes de gestion

Le principal point de vigilance du chef d'entreprise est le niveau du besoin en fonds de roulement (BFR) dont la faiblesse occasionne des problèmes de trésorerie.
Pour rester dans une situation confortable et pas "dans le rouge", il suffit de respecter certains principes :

petite_puce.gifLimiter les frais fixes 

Rémunérations trop importantes, bureaux hors de proportion avec les "moyens" de l'entreprise, factures excessives, abonnements divers ... Il est important, pendant la phase de démarrage de l'entreprise, de limiter les frais fixes.
Il est donc préférable d'écarter provisoirement les dépenses qui, bien que considérées comme utiles, ne sont pas indispensables à l'activité dans la phase de démarrage.  La "montée en charge" doit être contenue et s'effectuer progressivement en fonction des bénéfices dégagés.

bon_a_savoir.gif Conseil : il n'est peut être pas utile de louer des locaux professionnels, pourquoi ne pas exercer son activité à domicile ?
Si un local est indispensable, avez-vous songé au co-working (co-travail) ? Les
pépinières d'entreprises offrent des locaux professionnels à des tarifs avantageux et permettent notamment la mise en réseau des chefs d'entreprises présents dans l'infrastructure. 


  Avoir une bonne connaissance de ses coûts de revient

Ne pas prêter suffisamment attention à l'ensemble des coûts comporte de nombreux risques :
petit_carre.gif le risque de ne pas chercher à les réduire,
petit_carre.gif le risque de pas prendre conscience d'une détérioration de la situation financière de l'entreprise,
petit_carre.gif le risque de fixer un prix trop bas qui ferait vendre à perte

Pour bien connaître ses coûts de revient, il suffit de décomposer les différents coûts associés au produit ou à la prestation, de façon à pouvoir déterminer la façon d'agir sur chacun d'eux pour les réduire.

Schéma des charges qui constituent le prix de revient

Coût d'achat =
Coût total d'achat
=
Coût total de la pro-
duction

=
Coût
com-
mercial

=
Coût de revient
=
Prix de vente
+
Coût d'appro-
vision-
nement
+
Coût de la pro-
duction
+
Coût de
la distri-
bution
+
Coût
adminis-
tratif
+
Marge


Surveiller les investissements

Il est prudent de ne pas se laisser séduire par des marchés trop importants ("l'affaire du siècle") qui peut entraîner la défaillance de l'entreprise si elle est trop difficile à assimiler en période de lancement.
De même il faut éviter d'anticiper des investissements prévus à une phase ultérieure de développement, mais inopportuns pour le moment. Cela risquerait d'alourdir le compte de résultat par des charges fixes telles que des amortissements trop importants ou des frais de personnel supplémentaires.


Surveiller les postes "clients" et "fournisseurs"

Quelques conseils à suivre :

Tenir les délais de règlement accordés à la clientèle : éviter d'accorder des délais supplémentaires sans avoir pris soin d'en calculer le coût et l'incidence sur la trésorerie au préalable.

attention.gif  Plus les délais-clients sont allongés, plus le besoin en fonds de roulement augmente.

S'organiser pour facturer très rapidement. Une mauvaise organisation interne peut retarder la facturation de quelques jours, créant ainsi des "crédits invisibles", qui eux-aussi génèrent des décalages de trésorerie.

Mettre en place un système de "relance-client" (un échéancier par exemple) pour suivre de manière efficace ceux qui "oublient" de payer à l'échéance.

Vérifier les délais de livraison des fournisseurs en essayant de diversifier les sources d'approvisionnement.

Enfin, et selon le type d'activité exercé, surveiller la santé financière des fournisseurs stratégiques, pour éviter des ruptures d'approvisionnement ainsi que celle de certains gros clients pour réduire les impayés autant que possible.


Contrôler la qualité

Le contrôle de la qualité concerne aussi bien la production des biens ou des services que les produits achetés ou sous-traités inclus dans le produit final. Il est important notamment de sensibiliser les salariés sur ce point.

En effet, l'image de départ donnée par l'entreprise à ses interlocuteurs est très importante car c'est celle qu'ils retiendront par la suite. Elle est le support de la confiance qui lui sera accordée, et si cette confiance est ébranlée à un moment ou à un autr, il faut être conscient qu'il sera très difficile de la reconquérir.


Surveiller les stocks

Cela consiste tout d'abord à déterminer le niveau de stocks optimum - stock outil - permettant de produire et vendre sans gonflement ni risque de rupture.

petit_carre.gif un niveau de stocks en permanence supérieur constituerait une charge financière injustifiée
petit_carre.gif en revanche, un niveau inférieur provoquerait une rupture de stock qui désorganiserait la production (stock de matières premières) et occasionnerait des retards de livraison aux clients.

Pour éviter toute anomalie, il faut contrôler régulièrement les quantités globales et les quantités de chaque produit,
petit_carre.gif soit par un inventaire physique que l'entreprise a l'obligation d'effectuer au moins une fois par an à la date de clôture du bilan et qui consiste à vérifier sur place les quantités,
petit_carre.gif soit par un inventaire comptable établi de manière permanente grâce au fichier stock.

attention.gif  Un nouveau chef d'entreprise pourra être tenté d'acheter en quantité plus importante que nécessaire pour obtenir un prix d'achat unitaire plus faible. Malheureusement cela peut provoquer un "sur-stockage"  et mettre la nouvelle entreprise en danger car cela :
petit_carre.gif augmente le besoin en fonds de roulement,
petit_carre.gif augmente les frais financiers,
petit_carre.gif occasionne un dépassement du stock-outil,
petit_carre.gif pose des problèmes physiques de stockage,
petit_carre.gif augmente le risque de se retrouver avec un stock inutilisable dû à d'éventuellements modifications des produits fabriqués ou des composants achetés.


grosse_puce.gif Rechercher l'aide d'un professionnel

N'hésitez pas à vous rapprocher de professionnels pour pour faire aider dans la gestion de votre entreprise.
En effet, en devenant chef d'entreprise, vous allez engager votre responsabilité sur plusieurs terrains : pénal et civil. Le recours à des professionnels permet de réduire les risques de fautes de gestion !

 Les experts-comptables

 Les centres de gestion agréés

 Les associations agréées (professions libérales)


Août 2013


Bravo et merci!
Bravo pour cette abondance de renseignements précis. Merci à vous et poursuivez cette oeuvre!
Posté par CORINNE, 05/06/2016 23:57
précieux
Bonsoir,
Je vous remercie énormément pour ces conseils qui me sont d'un grand secours! longévité à votre site.
Posté par phadette, 24/11/2014 23:33
Beau travail
Bien rédigé. Bravo !
Posté par ANTHO, 05/09/2013 00:51
Bon article
Merci pour votre travail et toutes ces informations utiles, votre aide m'a été grande !
Posté par Graphtoyz (graphtoyz.over-blog.com), 18/06/2009 15:10

Création d'entreprise, reprise d'entreprise | AFE, Agence France Entrepreneur

Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent