En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Suivez l’actualité de la création d’entreprise en recevant gratuitement, deux fois par mois la lettre de l'Agence France Entrepreneur
Vous êtes déjà inscrit sur le site de l'AFE,
Pour vous abonner à notre lettre d'information
saisissez votre mot de passe et cliquez sur valider
Valider
Non merci je suis déjà abonné(e) Oui je m'abonne
Connexion Fermer
Saisissez votre email puis cliquez sur le bouton OK. Votre mot de passe vous sera envoyé d'ici quelques minutes.

Publicité

S'organiser pour travailler en solo

Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer

Travailler seul en étant à son compte demande autodiscipline, rigueur et méthode.
Voici quelques conseils !


  Choisissez un lieu de vie professionnelle

La première des choses à faire pour faciliter l'exercice de votre activité indépendante est de vous installer dans un lieu dédié à cela.  Il peut s'agir :
- d'un local extérieur à votre domicile (certaines activités intellectuelles le nécessitent du fait des usages ou du standing à afficher),
- d'un espace de coworking (ils ont le vent en poupe en ce moment),
- ou bien - solution  plus économique - d'une pièce (si possible fermée) de votre domicile affectée à votre activité. Voir la réglementation en la matière.
L'erreur serait, par exemple, de s'installer dans le renfoncement du salon !

D'une manière générale, et sauf cas exceptionnel, dissociez ce qui est par nature professionnel de ce qui relève de la sphère privée. L'isolement  géographique de votre domaine professionnel est encore la solution la plus simple et la plus efficace.

Dans le même esprit, il est préférable d'utiliser une ligne téléphonique (fixe ou mobile) et une boite à lettres électronique affectées uniquement à votre activité professionnelle.


  Respecter des horaires

La meilleure façon de fonctionner lorsque l'on n'a pas de comptes à rendre, est de définir des horaires de travail pertinents en fonction des contingences de son activité et de s'y tenir impérativement... sans se poser de questions !
Si vous avez eu précédemment une carrière de salarié, le mieux est de garder le réflexe de la ponctualité et de commencer votre journée au moins à la même heure qu'auparavant, sinon plus tôt ! 
De même, il est important de s'accorder des moments de réflexion. Le matin, de bonne heure, est le moment idéal pour cela.


   Appliquer des méthodes de travail

En devenant "solo", vous courez le risque de manquer d'organisation pour faire face aux exigences de votre activité et être en mesure de réaliser la production espérée.

C'est pourquoi, au démarrage de l'entreprise, fixez-vous des objectifs planifiés dans le temps et établissez un plan d'actions  quotidien.
Réfléchissez-y avant de commencer votre journée (ou la veille) ; écrivez les différentes tâches ou missions que vous devrez accomplir ce jour-là. L'objectif est d'éviter de reporter les tâches qui vous sont les plus désagréables (comme la comptabilité ou la prospection par exemple), en favorisant celles où vous excellez (come les prestations intellectuelle par exemple).
Le planning doit servir à ne pas tricher avec vous-même ! 

 Le démarrage de l'activité génère vite de la paperasse et, si l'on n'y prend garde, on peut craindre d'être rapidement submergé ! Ajoutons à cela :
- le temps perdu à rechercher certains documents,
- l'argent perdu du fait d'une mauvaise gestion administrative entraînant une mauvaise gestion de la trésorerie : incidents, pénalités, etc.
Il est donc nécessaire que vous mettiez immédiatement en place un système de classement adapté à votre besoin.
Si nécessaire : prenez le temps d'étudier ce problème en lisant l'un des ouvrages didactiques existant sur le sujet.

 Dès les premiers jours de votre activité, le problème de la comptabilité sera à traiter. Si vous avez choisi le régime fiscal de la micro-entreprise, votre comptabilité sera très simplifiée puisque limitée à la tenue d'un livre-journal détaillant, au jour le jour, vos recettes professionnelles (appuyées des factures et autres justificatifs) et d'un registre récapitulatif par année, présentant le détail de vos achats. D'où la nécessité d'avoir un bon principe de classement !
Si vous avez opté pour un autre régime fiscal, il faudra envisager la mise en place d'une comptabilité complète réalisée :
- soit par vous-même (partiellement ou complètement) avec, généralement, un logiciel à acquérir,
- soit par un tiers,
- soit en vous abonnant à une formule de comptabilité en ligne, en liaison avec une prestation d'expertise comptable.

Avant d'opter pour une solution, vous devez bien peser :
- le temps que vous pourrez réellement dégager par rapport au temps nécessaire à cette tâche,
- le niveau de compétence que vous avez dans ce domaine,
- les informations comptables dont vous aurez besoin (niveau d'affinement et rapidité d'obtention) pour être réactif dans votre gestion et votre stratégie.

 "Homme ou femme à tout faire" de votre entreprise, en tant que solo, vous ne devez pas tomber dans le piège vouloir tout faire au risque d'être totalement débordé. Si votre entreprise se développe, ayez assez vite le réflexe de sous-traiter les tâches à faible valeur ajoutée pour vous consacrer à celles qui sont "plus rentable".

 Enfin, ranger votre bureau en fin de journée doit être un réflexe (à acquérir si vous ne l'avez pas...) qui participe également à la nouvelle dynamique d'efficacité que vous devez enclencher.

 1 | 2  Suivant >

Création d'entreprise, reprise d'entreprise | AFE, Agence France Entrepreneur

Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent