En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Suivez l'actualité de la création d'entreprise en recevant gratuitement, chaque semaine la lettre de l'Agence France Entrepreneur
Je suis déjà abonné(e)
Oui je m'abonne
Connexion Fermer
Saisissez votre email puis cliquez sur le bouton OK. Votre mot de passe vous sera envoyé d'ici quelques minutes.

Publicité

Planifier ses actions pour mettre en place la stratégie de son projet de création d'entreprise

Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer

La stratégie élaborée et les priorités identifiées (les cibles prioritaires), le porteur de projet peut à présent planifier ses actions dans un "plan de mise en oeuvre".
Ce plan a pour objectifs à la fois :
- de concrétiser la stratégie définie en projets d'actions,
- de prévoir dans le temps les actions qui seront mises en place.


  Agir sur les outils de base

En fonction des cibles visées, le créateur pourra agir : sur le produit, sur le prix, sur les réseaux de vente ou de distribution et sur la communication.

  Rappel des outils de base

Le produit : il peut se définir de deux manières :
- dans son approche traditionnelle : c'est ce que l'on vend aux clients,
- dans son approche commerciale : il ne s'agit plus seulement d'un bien ou d'un service, mais du moyen permettant de répondre aux attentes et aux besoins des consommateurs.

Le produit joue un rôle fondamental dans la création et dans le succès d'une entreprise. S'il ne correspond à aucun besoin (attente ou désir) du consommateur il ne se vendra pas. Il n'aura donc aucune raison d'exister.
Ainsi, pour un chef d'entreprise, un mauvais produit est tout simplement un produit qui ne correspond à aucune demande.
Pour en savoir plus

Le prix : pour le client, le prix est perçu comme un moyen de différenciation entre plusieurs entreprises proposant un produit similaire ou de même marque.
Pour l'entreprise, le prix permet de positionner le produit dans une gamme sur le marché. Il est également l'un des premiers éléments qui permettra à l'entreprise de mesurer l'adéquation (ou l'inadéquation) de sa politique commerciale auprès de la clientèle.
Généralement, les porteurs de projet et les nouveaux chefs d'entreprise ont tendance à fixer leurs prix en ne tenant compte que de leur seul coût de revient (production, distribution,...). Ceci s'explique par la facilité d'utilisation de cette méthode.
Toutefois, il est important de rappeler que l'entreprise évolue sur un marché. Le chef d'entreprise doit par conséquent tenir compte des prix de la concurrence et des attentes tarifaires de la clientèle.
Pour en savoir plus

La distribution : la politique de distribution doit permettre à l'entreprise de mettre en place les meilleurs moyens d'acheminer ses produits et/ou services à la clientèle, tout en facilitant et en optimisant leur vente.
Une telle décision n'est possible qu'en pleine connaissance des réseaux de distribution existants (et concurrents), des moyens (financiers et humains) dont dispose l'entreprise, de la typologie et des attentes de la clientèle.
Pour en savoir plus

La communication : elle doit s'inscrire dans un ensemble homogène et cohérent. Ainsi, il ne s'agit pas d'agir de manière isolée et épisodique sans se fixer d'objectifs précis à atteindre.
Pour en savoir plus

  Assurer la cohérence du mix-marketing

En fonction de la stratégie choisie et de la réalité du marché, le créateur peut s'appuyer davantage sur un ou plusieurs éléments du mix-marketing. Ainsi, si l'une des clefs de succès est la pratique de prix bas, la variable "prix" aura une importance capitale par rapport aux autres variables du mix-marketing.

Dans leur ouvrage de référence "Mercator", les auteurs identifient quatre grandes familles de mix marketing :

Le mix-marketing axé sur la politique produit : il s'agit ici de faire du produit l'élément central de ses actions. Cela n'est cependant valable que si le porteur de projet possède :
- soit une supériorité technologique,
- soit une supériorité qualitative (ex. : un produit plus robuste, plus esthétique,...),
- soit une spécialisation (ex. : le produit ne s'adresse qu'à un petit nombre de consommateurs).

Le mix-marketing axé sur la politique prix : il s'agit ici de faire du prix l'élément central de ses actions. Le prix est un élément central du mix-marketing car il est immédiatement perceptible par la clientèle. Toutefois, n'oublions pas qu'un prix trop bas peu non seulement réduire la marge générée mais aussi et surtout déclencher des hostilités vis-à-vis de la concurrence.

Le mix-marketing axé sur la politique distribution : il s'agit ici de faire de la distribution l'élément central de ses actions. L'objectif est d'assurer une supériorité quant à la vente du produit :
- soit par l'intermédiaire d'une force de vente plus importante que celle des concurrents,
- soit par une présence plus importante et plus efficace dans les points de vente.

Le mix-marketing axé sur la politique communication : il s'agit ici de faire de la communication l'élément central de ses actions. Il s'agit de rendre l'entreprise, la marque ou le produit plus visible et attrayant.

 1 | 2 | 3  Suivant >

Création d'entreprise, reprise d'entreprise | AFE, Agence France Entrepreneur

Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent