En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt et nous permettre d'analyser notre trafic. A l’aide de cookies, les régies publicitaires présentes sur les pages de notre site partagent également des informations sur l'utilisation de notre site avec leurs propres partenaires. En savoir plus
Suivez l'actualité de la création d'entreprise en recevant gratuitement, chaque semaine la lettre de l'Agence France Entrepreneur
Je suis déjà abonné(e)
Oui je m'abonne
Connexion Fermer
Saisissez votre email puis cliquez sur le bouton OK. Votre mot de passe vous sera envoyé d'ici quelques minutes.

Publicité

Le Crédit d'impôt recherche - CIR

Envoyer à un amiAjouter à ma malletteImprimer

grosse_puce.gif Nature de la mesure

Le crédit d'impôt recherche (CIR) est une mesure fiscale destinée à soutenir les entreprises dans leur démarche de recherche-développement.
Il réduit l'impôt (IR ou IS) dû par l'entreprise par la déduction d'une partie des dépenses engagées pour développer ses activités de recherche et améliorer sa compétitivité.


 Bénéficiaires

triangle.gif Les entreprises industrielles, commerciales, artisanales et agricoles, quelles que soient leur forme juridique et leur taille :

- nouvelles ou préexistantes,
- sans lien de dépendance avec une autre entreprise ayant bénéficié du CIR,
- dont au moins un associé ne détient pas plus de 25 % du capital d'une autre entreprise ayant bénéficié du CIR (si l'entreprise est une société commerciale) ou dont l'exploitant individuel n'a pas bénéficié du CIR dans les 5 dernières années et/ou ne détient pas 25 % du capital d'une société en ayant bénéficié,
- imposées d'après leur bénéfice réel (sur option ou de plein droit),
- réalisant des dépenses de recherche.

triangle.gif Ce régime s'applique à certaines entreprises exonérées de l'impôt sur les bénéfices : entreprises créées en ZAFR, en ZRR, en BER, en ZRD, en ZFU- territoires entrepreneurs, les JEI, et les entreprises qui créées pour reprendre une entreprise en difficulté .

 Dépenses concernées

Les dépenses ouvrant droit au crédit d'impôt recherche sont celles qui concernent les opérations de recherche fondamentale et appliquée, y compris la réalisation d'opérations de conception, de prototypes ou d'installations pilote.
Sont retenues celles qui déterminent le résultat imposable à l'IR ou à l'IS dans les conditions de droit commun.

petite_puce.gif  Localisation 

Pour être éligibles, les dépenses doivent être liées à des opérations localisées dans un état de l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude ou l'évasion fiscales à l'exception des dépenses suivantes :
petit_carre.gif frais de défense de brevets et de certificats d'obtention végétale,
petit_carre.gif dépenses de veille technologique exposées lors de la réalisation d'opérations de recherche.

petite_puce.gif  Dépenses ouvrant droit au crédit d'impôt

Sont éligibles :

triangle.gif les dotations aux amortissements des immobilisations créées ou acquises et affectées directement à la recherche, y compris à la réalisation d'opérations de conception de prototypes ou d'installations pilotes (sauf pour les immeubles acquis ou achevés avant le 1er janvier 1991) ;

triangle.gif les dépenses de personnel : chercheurs et techniciens de recherche. Ces dépenses comprennent les rémunérations et les charges sociales dans le mesure où celles-ci correspondent à des charges sociales obligatoires (liste précisée par l'administration fiscale).
Si ces personnes sont titulaires d'un doctorat ou d'un diplôme équivalent, elles sont prises en compte pour le double de leur montant pendant les 24 premiers mois suivant leur recrutement à condition qu'elles soient en CDI et que l'effectif de l'entreprise soit au moins égal à celui de l'année précédente ;
La loi de finances pour 2015 du 29 décembre 2014 définit la notion de doctorat (article 75).

triangle.gif les rémunérations supplémentaires des salariés auteurs d'une invention résultant d'opérations de recherche (art.L611-7 du Code de la propriété industrielle) ;

triangle.gif les autres dépenses de fonctionnement. Elles sont fixées forfaitairement à 75 % des dotations aux amortissements et 50 % des dépenses de personnel (200 % dans le cas spécifique des personnes titulaires d'un doctorat) ;

triangle.gif les dépenses externalisées (retenues pour le double de leur montant s'il n'existe pas de lien de dépendance entre l'entreprise bénéficiaire et l'organisme) et confiées à des :
petit_carre.gif organismes de recherche publics,
petit_carre.gif établissements d'enseignement supérieur délivrant un master,
petit_carre.gif fondations de coopération scientifique agréées,
petit_carre.gif établissements publics de coopération scientifique,
petit_carre.gif fondations reconnues d'utilité publique du secteur de la recherche agréées,
petit_carre.gif associations ayant pour fondateur et membre l'un de ces organismes ou des sociétés de capitaux dont le capital et les droits de vote sont détenus majoritairement par l'un de ces organismes ;

triangle.gif les dépenses confiées à des organismes de recherche privés agréés par le ministre chargé de la Recherche dans la limite du triple des autres dépenses de recherche donnant droit au CIR ;

triangle.gif les frais de prise et de maintenance de brevets et de certificats de maintenance végétale ;

 les dépenses de normalisation des produits de l'entreprise (pour la moitié de leur montant) ;

triangle.gif les dépenses liées à l'élaboration de nouvelles collections des entreprises du secteur textile-habillement-cuir ;

 les dépenses de veille technologique dans la limite de 60 000 € par an.

Depuis 2013, les dépenses d'innovation (conception de prototypes ou d'installations pilotes de nouveaux produits) faites par les micro, petites et moyennes entreprises (au sens de la définition de la CE) entrent dans la base de calcul du crédit impôt recherche dans la limite globale de 400 000 € par an (article 244 quater B du CGI).

  Rescrit fiscal

Les entreprises peuvent solliciter l'accord préalable de l'administration fiscale pour s'assurer de l'éligibilité de leurs dépenses de recherche au crédit d'impôt. 
Cette demande d'avis préalable (appelée rescrit fiscal) doit être transmise au moins 6 mois avant la date de limite de dépôt de la déclaration spéciale de crédit d'impôt n°2069-A ou de la première déclaration spéciale lorsque le projet de recherche est pluriannuel auprès, soit de l'administration fiscale, du ministère de la recherche, ou de l'agence nationale de la recherche.

L'absence de réponse motivée dans un délai de trois mois vaut accord tacite de l'administration.
Voir le modèle des demandes d'appréciation fixé par l'arrêté du 28 novembre 2014

A compter du 1er septembre 2015, les petites entreprises (dont le chiffre d'affaires annuel de l'exercice précédent est inférieur à 1 500 000 €, pour les entreprises dont le commerce principal est la vente de marchandises, et 450 000 € pour les autres) qui demandent un rescrit, peuvent également demander la validation d'un montant plancher de leurs dépenses de recherche au titre de l'exercice en cours. 

nouveau.gifA compter du 1er octobre 2016, l'administration met en place le CIR "roulant" qui permet aux entreprises ayant obtenu un avis favorable de l'administration sur l'éligibilité au CIR de leur projet, de solliciter la révision de cette décision lorsque leur projet subit une modification.
Cette demande doit être déposée au moins 6 mois avant la date limite de dépôt de la déclaration 20696-A.

 1 | 2  Suivant >

Création d'entreprise, reprise d'entreprise | AFE, Agence France Entrepreneur

Sites thématiques :  

Entreprises des quartiers   Elles entreprennent